L'équilibre dans le bien-être et l'énergie

Physioscan®

.

Sandrine FELICES est agréé comme praticien du Physioscan en France >>Voir ATTESTATION

Les savants russes sont les premiers à avoir créé une technologie automatisée et informatisée, indépendante de toute influence humaine, capable d’une « communication cellulaire » par l’intermédiaire de fréquences qui contrôlent les fonctions cellulaires. Ainsi, les anomalies fonctionnelles peuvent être corrigées au moyen d’émulation de fréquences incluses dans la banque de données de l’ordinateur.

Les premières approches technologiques furent développées à l’usage de la recherche et fondées sur le principe que « le corps est un grand système de communication » capable de réagir aux radiations électromagnétiques extérieures.

La technologie Physioscan, destinée aux praticiens, est issue de cette version scientifique expérimentale. Elle est conçue pour être reliée au corps sans « contact cutané » et connectée à un ordinateur personnel, incluant un logiciel très sophistiqué.

Physioscan présente les caractéristiques suivantes :

  • Physioscan analyse rapidement le niveau énergétique des différents organes afin d’évaluer la fonction de chacun ainsi que l’état de santé global de l’individu.
  • Physioscan compare les résultats de chaque patient avec ses propres bases de données retenues sur les organes/fonctions sains, en fonction du sexe et de l’âge.
  • Physioscan estime la meilleure action à poser afin d’éviter une dégradation de la santé.
  • Physioscan corrige les déséquilibres énergétiques.
  • Physioscan analyse l’effet de diverses thérapies/médications sur l’individu.
  • Physioscan conseille les applications spécifiquement possibles pour le patient observé.
  • Physioscan mesure/contrôle les effets de la thérapie/médication appliquée au sujet.

Le but de cette technologie Physioscan est de compléter les autres approches diagnostiques et/ou thérapeutiques, et non de les remplacer. L’application de cette investigation nécessite une bonne formation en physiologie médicale de la part de l’utilisateur.

Histoire du Physioscan

Le but du développement du Physioscan réalisé par les savants russes est de contribuer à soutenir le corps dans sa capacité à s’auto-guérir et à tendre vers l’homéostasie. Le tout est basé sur le champ énergétique bio chimique, connu depuis longtemps par la tradition chinoise et par la science médicale de l’ayurvéda. Ces connaissances furent plus récemment utilisées par plusieurs scientifiques. Les Russes figurent parmi ceux qui ont étudié l’influence des radiations électromagnétiques sur les organismes vivants. Revoyons brièvement les travaux importants effectués par d’autres scientifiques dans le domaine de la médecine énergétique.

Nicolas TESLA (1856–1943), véritable génie en électronique, créa les fondements du générateur quantique non linéaire utilisé par la technologie du Physioscan.

Ses travaux furent poursuivis par le chercheur français G. LAKHOVSKY, qui étudia l’influence des fréquences radio sur les animaux et plantes.

L’américain R. RIFE mesura l’influence des fréquences électromagnétiques sur le « biochamp » ou « champ biologique » humain.

Vers 1950, l’allemand R. VOLL, développa des méthodes pour mesurer l’énergie des points d’acupuncture. Il mesura en particulier le potentiel électrique de « points biologiquement actifs » qui reflètent le degré fonctionnel d’un organe. La méthode de VOLL donnait parfois des mesures inexactes, mais cependant les développements ultérieurs donnèrent des résultats plus précis. Une de ces dernières méthodes se nomme « l’analyse non linéaire – NLS » et est utilisée par le Physioscan.

Dans le Physioscan, la fréquence de résonance électromagnétique est mesurée en plusieurs dimensions et par amplification de cette résonance, laquelle est combinée à l’intégration mesurée du degré d’entropie.

Désormais les maladies en cours de développement, dites « potentielles », peuvent être détectées avant même l’apparition des symptômes. De même, il est également possible d’analyser la réaction du corps à différents types de médicaments.

Un appareil plus connu du nom de MORA utilise des signaux électriques inversés en guise de thérapie. Cette méthode fut élaborée en 1970 par le docteur F. MORELL en collaboration avec l’ingénieur électronicien E. RASCHE. Cette thérapie énergétique est utilisée pour restaurer les fonctions cellulaires.

La Méta-thérapie utilisée par le Physioscan est une version améliorée et beaucoup plus élaborée de la fameuse MORA-thérapie.

Pour finir, le célèbre chercheur français J. BENNEVENISTE et le professeur britannique S. SMITH de l’université de MANCHESTER démontrèrent que l’eau possède une mémoire à l’intérieur de sa propre structure. Ce potentiel est mis à contribution dans la fonction « Réimprimer » du Physioscan afin d’emmagasiner des fréquences dans l’eau. Grâce à cette fonction, une thérapie à « empreinte de fréquences » peut être emmagasinée dans de l’eau, de l’alcool ou dans une solution glucosée qui sera ensuite administrée au patient. La technologie choisira les fréquences adéquates pour chaque patient à traiter afin d’aider son corps à se guérir et sans aucun effet secondaire.

Si vous souhaitez acquérir cet appareil et ainsi de bénéficier de tarifs avantageux, merci de contacter Sandrine Felices.